La Clinique vous tiens à jour de l'actualité des objets connectés

LE BLOG
Retour sur l’erreur 53 et la politique d’Apple
16 février 2016
Avec un nom mystérieux qui n’est pas sans rappeler l’obscure zone 51 et ses activités intrigantes, l’erreur 53 restera l’un des feuilletons du mois de février. D’abord isolé, diffus et confiné, le bruit généré par ce code d’erreur chargé de détecter une pièce non originale d’Apple est rapidement devenu assourdissant, au point d’offrir une réelle notoriété sur plusieurs jours à son sujet. Avec un peu de recul, nous vous apportons quelques éclairages qui nous paraissent importants. L’Erreur 53 existe depuis longtemps Le buzz généré par l’erreur 53 nous semble bien tardif, presque à l’image d’une ancienne comédie qui ne marche pas à sa sortie mais devient culte les années suivantes. Ce code n’est en effet pas nouveau mais existe depuis l’arrivée du touch ID sur Iphone, au moment de la sortie du 5S. Cela fait donc 3 ans déjà ! Et nos équipes y ont été confrontées à maintes reprises au cours de leurs réparations. Réparer les smartphones en tenant compte des spécificités mises en place par les constructeurs – à commencer par Apple sur les Iphones - fait patrie intégrante du champ de compétences de la Clinique du Portable. Le code d’erreur est présenté comme une protection salutaire par Apple La position officielle d’Apple sur le sujet est pleine de noblesse et de bonnes intentions : il s’agit d’une mesure de sécurité destinée à protéger le trésor que constituent les données personnelles de l’utilisateur. En justicière que nous méritons tous, la firme se lance dans ce qu’elle qualifie de « mission » et fait son possible pour sanctuariser ces précieuses datas. Ce qu’il faut comprendre, pour rendre cette position plus claire, c’est que l’ID Touch (qui intervient notamment dans la fonction Apple Pay) fonctionne à partir du code de votre empreinte digitale et que celui-ci n’est pas sauvegardé sur la carte mère mais directement sur le composant. Cela veut dire que sans cette sécurité, nous pourrions démonter un autre iphone et remplacer son ID Touch par le notre pour accéder à ses données. Les conséquences de ce code d’erreur sont multiples Pour prévenir tout risque, Apple verrouille totalement le téléphone au moyen de l’erreur 53 lorsque l’ID touch est changé ou abîmé durant une réparation voire, c’est le cas le plus fréquent, lorsque l’ID touch est déconnecté alors que l’appareil est encore allumé. Voilà pour les détails techniques. Mais, plus largement, ce que l’erreur 53 révèle et ce dont tout le monde a pris conscience, c’est qu’Apple construit ses appareils de manière à ce qu’ils soient capables d’identifier tout composant qui n’est pas original. Le lien entre tous les composants d’un Iphone est d’ailleurs si unique que même un élément d’un autre Iphone – donc produit par Apple – est identifié et catégorisé comme extérieur à la structure. C’est un peu sectaire et cela implique surtout beaucoup de choses. Apple tout puissant ? Sans verser dans le scénario catastrophe d’un film d’anticipation bas de gamme, cette erreur démontre tout de même qu’Apple est en mesure de bloquer des millions de modèles via des mises à jour IOS chargées d’exclure certains appareils modifiés. Si l’intérêt de faire ça reste à déterminer, les moyens, eux, sont biens présents. Apple peut-il vraiment le faire légalement ? Normalement non. En achetant un appareil, le consommateur lambda dispose de nombreux droits sur celui-ci, à commencer par la possibilité de le réparer soi-même ou de déléguer la tâche à une entité tierce. L’usage de son Iphone lui appartient et les actions entreprises pour le modifier voire l’améliorer aussi. On voit mal un constructeur automobile venir râler sur la customisation d’un véhicule effectuée par un particulier. Aujourd’hui, l’erreur 53 n’est plus Et c’est sans doute le plus important. Après s’être confondue en excuses plus plates que la Belgique, le géant américain a lancé vendredi dernier une mise à jour corrective de son IOS 9.2.1 accessible sur itunes. Celle-ci déverrouille les smartphones figés et prévient tout blocage futur pour les autres. Un moindre mal. Autre avancée majeure : les usagers pourront à nouveau faire réparer leur téléphone chez un professionnel non-reconnu par Apple. Le problème est ainsi réglé, ou du moins en apparence. Si l’erreur 53 a bien été rectifiée, sa nature tend tout de même à indiquer qu’Apple construit ses appareils de manière à garder une visibilité sur l’évolution des usages, des réparations et des ajustements effectués après l’achat. Une politique aventureuse au regard des lois en vigueur dans la plupart des pays où les produits sont commercialisés.