La Clinique vous tiens à jour de l'actualité des objets connectés

LE BLOG
Projet Ara : le smartphone modulable de Google
25 juillet 2015
Nostalgiques des Legos ? Assembler des petites briques éparses pour donner vie à l’objet de ses envies, c’était si bien. En tout les cas, cela manquait visiblement à Google qui cherche à reproduire la mécanique, non plus pour construire des fusées ou des sous-marins, mais des téléphones portables fonctionnels ! Tout droit sorti de l’antre du fameux groupe ATAP (Advanced Technology and Projects), le « projet Ara » cherche en effet à élaborer le premier téléphone modulable. Une potentielle révolution ! Le principe A l’état de prototype, un Ara se présente sous la forme d’un châssis rectangulaire répondant à la douce appellation d’« endosquelette » qui nous embarque dans l’univers de Pacific Rim. La structure est elle-même subdivisée en petits compartiments dans lesquels sont placés les circuits électroniques ainsi que les fiches de connexion. C’est dans ces cavités que viendront se greffer chacun des composants, ou modules, sélectionnés pour constituer son smartphone. Plus la peine de réfréner ses pulsions intimes de vouloir jouer à l’apprenti sorcier ou au docteur Frankenstein : votre création en devenir gît sur le plan de travail et il ne vous reste plus qu’à sélectionner les modules que vous souhaitez lui intégrer. Il y a celui pour le processeur, celui de la mémoire, celui de la caméra… En dépit de la nécessité de choisir quelques fondamentaux qui assureront le bon fonctionnement de l’appareil, la diversité des modules permettra également d’en ajouter certains à usages extrêmement spécifiques s’orientant davantage vers le ludique, le sport ou la santé… Avec un châssis disponible en plusieurs tailles, pour des montages plus ou moins complexes, et la possibilité de choisir son écran, les options de personnalisation deviennent plus riches que Gatsby le magnifique. Les avantages Beaucoup voient dans le projet Ara la fin de l’obsolescence programmée dans l’univers du téléphone mobile. Rumeurs colportées par une concurrence médisante ou malheureuse réalité avérée ? Il se dit que les portables des grandes marques seraient conçus pour s’user rapidement pour inciter les utilisateurs à en changer fréquemment. Effroi. Ara apporte une réponse en ce qu’un dysfonctionnement d’un des composants ne remet pas en cause la structure globale : pour réparer son téléphone, il suffit de remplacer le composant défectueux sans toucher le reste. Et avec les économies réalisées, qui sait ? Peut-être que vous pourrez investir dans un module plus complexe ou de meilleure qualité pour une autre option. Il y a du cercle vertueux dans l’air… L’autre principal atout d’Ara réside dans l’avènement de l’hyper-personnalisation, selon les besoins et selon le coût. L’emplacement, la couleur et le design de chaque module relève du choix du propriétaire du téléphone qui hiérarchise ses besoins. Celui-ci est libre s’il décide de miser sur la qualité d’un appareil photo ou, au contraire, s’il se contentera de performances standards pour cette option. De la même manière, Ara devient personnalisé en termes de coût puisque chacun peut déterminer le budget qu’il est prêt à investir dans son appareil au prisme du coût de chaque composant. Les basiques seront ainsi tout à fait abordables tandis que les modules les plus sophistiqués seront plus prisés. Seules quelques questions demeurent en suspens et attendent une réponse de la part de Google : celle au sujet de l’autonomie et l’autre interrogeant le bon fonctionnement de composants indépendants les uns des autres. Il se murmure en effet que faire de la batterie un composant la rendrait moins puissante qu’une batterie classique. Par ailleurs, étant donné qu’une couche logicielle gère généralement l’interfaçage entre les différents modules, comment faire en sorte que tous les autres continuent de fonctionner correctement lorsque l’un d’eux est retiré ? Quoi qu’il en soit, l’ère du smartphone pour tous et à bas prix se rapproche donc sur la pointe des pieds. Pour ce qui est du calendrier, celui-ci demeure pour l’instant assez opaque : en janvier dernier, Google a annoncé qu’il lancerait un programme Ara pilote à Puerto Rico courant 2015, sans donner plus de précisions. Il ne reste plus qu’à prendre son mal en patience…